Henni rassure : Les prix des légumineuses sont fixes et ne verront aucune augmentation

بقوليات
13/09/2023 - 18:21

Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, M. Mohamed Abdelhafid Henni, a affirmé, ce mercredi à Alger, que les prix des légumineuses étaient fixés par l'Etat et ne verront aucune augmentation les prochains mois, et ce, lors d'une rencontre avec la presse en marge des travaux de la Conférence nationale sur le plan de développement et de protection de la filière oléicole, organisée par l'Institut national de la recherche agronomique (INRA).

Répondant à une question sur la décision du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, mardi, lors de sa présidence du Conseil des ministres, relative à l'interdiction de toute opération d'importation des légumineuses en dehors de l'Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC), avec détermination précise des étapes de fixation du prix du produit, le ministre a indiqué que «conformément aux instructions du président de la République, les prix ne changeront pas», affirmant que les prix de ces denrées «seront fixés par l'Etat et ne connaitront aucune augmentation». Le ministre a cité, à titre indicatif, le prix du riz fixé à 140 DA le kilo.

Dans ce contexte, M. Henni a indiqué que la responsabilité de l'augmentation des prix revient aux commerçants uniquement, que le ministère se chargera de conscientiser concernant ce sujet, relevant que les prix des légumineuses en Algérie étaient trois fois moins chers que sur les marchés européens et africains.

Il a révélé également que la production nationale des légumineuses (lentilles et poids chiche) couvre 45% des besoins nationaux, ajoutant que les quantités importées «sont très grandes» et couvrent les besoins du marché national pour les prochains trois mois.

Le ministre a fait savoir qu'actuellement, la concentration est portée sur la distribution de ces produits, et que le ministère s'en occupe à travers l'ouverture progressive de points de vente au niveau de toutes les communes du pays, afin de pouvoir vendre directement au consommateur par l'OAIC, ajoutant que l'Office fournit ces produits aux détaillants, en plus des cantines universitaires et scolaires.

Pour une meilleure distribution de ces produits, le ministère a ordonné la numérisation du secteur pour connaitre en temps réel l'état de disponibilité des produits au niveau des points de vente ainsi que le volume de consommation, a-t-il expliqué.

Concernant la décision du Président de la République portant autorisation de l'importation exclusive des viandes rouges et blanches fraîches pour satisfaire les besoins nationaux de ce produit et contribuer à la réduction de leurs prix, M. Henni a fait savoir que son secteur s'attelait à assurer la quantité demandée sur le marché, soulignant que certaines saisons connaissent un manque, ce qui est, d'après lui, un phénomène mondial.

Quant aux viandes blanches, le ministre a précisé que l'envolée des prix enregistrée dernièrement était due aux conditions climatiques dont la canicule qui a frappé la région. Et de rappeler que la reprise de l'élevage de volaille était mi-août dernier.

Dans ce sillage, le ministère de l'Agriculture a formulé une proposition portant importation de quantités supplémentaires de viandes blanches, a-t-il dit, ajoutant que son secteur £œuvrait à concrétiser deux principaux objectifs, le premier étant la protection de l'éleveur et le deuxième concernant le maintien de la stabilité de ce produit à travers l'importation des quantités supplémentaires sans nuire à la production locale.

Par ailleurs, M. Henni a affirmé que les instructions du Président de la Républiques lors du Conseil des ministres étaient liées principalement à la satisfaction des marchés nationaux en matière de produits de large consommation, outre la prise en charge des préoccupations quotidiennes des citoyens dans tous les domaines.

L'Etat a consenti des efforts considérables pour apporter soutien aux citoyens dans tous le secteur, a-t-il mis en avant, soulignant que le secteur de l'Agriculture ne ménagera aucun effort pour accompagner les producteurs.

Ces efforts sont basés sur la disponibilité du foncier agricole, le développement et la modernisation agricole, notamment en termes d'irrigation et d'agriculture sahraouie qui comprend des cultures stratégiques comme le blé, a-t-il rappelé.

Cette année connaitra la production de la betterave sucrière par une entreprise privée, a révélé M. Henni, ajoutant que le deuxième produit d'importance par rapport au ministère était «le tournesol» destinée à la production de l'huile de table. Le tournesol, annonce le ministre, «sera produit dans un délai ne dépassant pas les deux années».

Téléchargez notre Application mobile
ios

 

Les plus lus

Articles récents