Mourad Preure : « les membres de l’Opep+ ont donné un signal fort au marché et de manière durable »

03/02/2022 - 10:34

Les prix du pétrole enregistrent une hausse surprise. Le baril tourne autour des 90 dollars et pourrait grimper, selon les estimations des traders, à un prix à trois chiffres. Parmi les raisons de cette envolée : « les membres de l’Opep+ ont donné un signal fort au marché et de manière durable, par le respect et la discipline dans l’application des coupes de production de pétrole, issues du processus d’Alger en 2016 », souligne l’expert pétrolier Mourad Preure, ce jeudi matin, dans l’Invité de la rédaction de la Chaine 3 de la Radio Algérienne.

Une multitude d’autres raisons a poussé les prix à la hausse, énumère l’expert : « d’abord, un marché tendu qui est à l’équilibre entre l’offre et la demande, la levée des restrictions sur le transport aérien et la mobilité fait que la demande augmente, et puis la baisse des stocks américains d’un million de barils selon les dernières statistiques officielles. »

Mourad Preure constate que : « la demande reprend avec une vigueur inattendue ». Il explique que l’actuelle hausse des prix du pétrole est également consécutive à la baisse globale des investissements dans l’Industrie pétrolière, estimée à 1000 milliards de dollars de pertes au niveau mondial, depuis 2013. « Le niveau des découvertes n’a jamais été aussi bas, il équivaut à celui de 1947. La planète consomme 6 barils lorsqu’elle en découvre un seul », interpelle l’expert.  

Preure : « L’Algérie doit devenir un acteur des transformations futures du marché énergétique »

Conséquence : « l’industrie pétrolière a souffert », relève Mourad Preure, qui poursuit : « ce qui fait qu’aujourd’hui, hormis les compagnies américaines Exxonmobil et Chevron qui pensent à se marier, toutes les autres sont en train de se reporter vers les énergies vertes et postulent à devenir des leaders dans la neutralité carbone ». Selon lui, « l’Algérie doit opérer un renversement stratégique et se voir non pas comme une source ou un exportateur, mais comme un acteur des transformations futures du marché énergétique ».

« La puissance pétrolière des pays producteurs ne se mesure pas dans le niveau de leurs réserves, mais dans la compétitivité et dans le pouvoir innovant de leurs compagnies énergétiques nationales », insiste l’expert, avant d’ajouter : « les français ont une goutte de pétrole sous leurs pieds dans le bassin de l’Aquitaine, cela ne les empêchent pas d’avoir un Major pétrolier qui est Total »

« Il ne faut pas que nous soyons les dinosaures de l’énergie »

« Il faut mettre en orbite, de manière offensive, notre compagnie nationale Sonatrach et lui donner les moyens de se déployer dans et hors du territoire national», recommande Mourad Preure avant de mettre en garde : « la puissance ne vient pas de ce que vous avez sous les pieds, elle vient de l’intelligence. Les dinosaures ont disparus parce qu’ils ne se sont pas adaptés au changement. » 

Selon lui, « la transition énergétique, le basculement vers la neutralité carbone, est le cap que doit prendre notre compagnie nationale, notamment avec le potentiel exceptionnel d’ensoleillement dont dispose l’Algérie », et qui « qualifie Sonatrach pour être un leader et à monter des partenariats stratégiques pour accélérer son développement et de l’assoir sur nos universités et sur la recherche ».

L’expert pétrolier insiste : « il ne faut pas être un sleeping-partenaire. Nous avons les capacités de faire plus qu’extraire et vendre du pétrole et du gaz et en parallèle, importer des bananes et des kiwis ».

Radio Algérie Multimédia

Téléchargez notre Application mobile
ios

 

Articles récents