Moncef Bouderba : promulgation des textes d'application du nouveau Code des investissements, un vrai soulagement

Moncef Bouderba : promulgation des textes d'application du nouveau Code des investissements, un vrai soulagement

22/09/2022 - 11:02

La promulgation, il y a 48h, des textes d’application du nouveau Code des investissements, est perçue par les organisations patronales comme un vrai soulagement, tel que exprimé ce matin par Moncef Bouderba, président de l’Association des céramistes algériens (ACA).

Il a souligné, lors de son passage ce jeudi à l’émission L’invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio Algérienne, que cela va permettre une stabilité économique, nécessaire pour encourager les investissements dans un cadre incitatif.

« En tant qu’organisation patronale, nous avions jusque-là suivi attentivement toutes les démarches concernant ce Code, nous sommes agréablement surpris par les nouveautés introduites et des changements profonds », a-t-il affirmé. 

M. Bouderba a précisé que les propositions des organisations patronales ont bien été prises en compte dans la confection du nouveau Code. « Nous avions dès le départ souhaité d’être associés à la réflexion et toutes les recommandations faites par toutes les organisations patronales sont remontées avec des propositions concrètes qui ont été prises en considération », a-t-il affirmé avant d'ajouter que « cela va permet d'instaurer la stabilité et la confiance économique pour un retour des investissements ».    

L'invité de la Radio estime qu'il faudra désormais procéder à « un ciblage des créneaux porteurs » et s'ouvrir sur des marchés extérieurs, ceux à proximité en priorité à commencer par le marché africain. Il cite à ce propos, des pays comme la Mauritanie pour ce qui est des produits céramiques dont il estime la qualité de niveau international.

Le président de l'Association des céramistes algériens souligne en outre que ce grand pas franchi doit être nécessairement accompagné par tout un environnement pour booster l'investissement. Le transport, qu'il s'agisse du routier, de l'aérien ou du maritime, est impérativement appelé à « participer à l'essor de l'export ». Aussi, les souhaits se portent désormais sur les « réformes bancaire et fiscale ».